Policiers/Thrillers

Le loup dans la bergerie – Fabio Mitchelli

Sorti en format Broché le 04 février 2021 aux Editions Robert Laffont. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

À mille mètres d’altitude au-dessus de Grasse s’étend le plateau de Caussols, lunaire et envoûtant. En son cœur : la bergerie de Jean-Michel Auban, accusé de cannibalisme et désormais sous les verrous. La première fois qu’il s’y rend, Samuel Steiner, qui est pourtant un commandant de police aguerri, est saisi de vertige. Car la bergerie a été le théâtre d’horreurs indicibles et de nombreux corps y seraient enterrés, dont celui de son père.
Pour comprendre comment ce dernier a pu se retrouver parmi les victimes, Samuel va questionner l’ancienne compagne du tueur. Mais en plongeant dans l’histoire de ce couple lié par la terreur et le sang, il se verra contraint d’affronter un fauve surgi de son propre passé.

Mon avis

Je remercie tout d’abord les Editions Robert Laffont ainsi que le site Babelio qui m’ont permis de recevoir ce livre via la massecritique.

Même si j’ai déjà plusieurs livres de cet auteur dans ma bibliothèque, je n’avais pas encore pris le temps d’en lire. C’est donc le premier livre que je lis de Fabio Mitchelli. Je dois dire que je regrette d’avoir lu celui ci en premier car j’aurais aimé connaître le passé de Samuel Steiner et de sa fille. Cependant, cela ne m’a pas dérangée dans l’histoire en elle même.

Nous découvrons lors de cette lecture Samuel, commandant de police qui se retrouve à Nice afin d’essayer de découvrir ce qui est arrivé à son père Joseph qui a disparu lorsqu’il était enfant. Une histoire de gangs, de vengeance vont le faire quitter Metz afin d’en savoir plus. Dans cette enquête, il va se retrouver dans la bergerie de Jean-Michel Auban , accusé de cannibalisme. Que cache la femme de cet homme? Que sait elle à propos de Joseph? Mais surtout Samuel tente de savoir si son père est venu dans cette bergerie. Comment Joseph, photographe pourrait avoir quelque lien possible avec un homme de ce genre? Pour Samuel c’est impossible et il fera tout pour découvrir la vérité.

En parallèle, Samuel se fait beaucoup de soucis pour sa fille Rebecca qui s’est éloignée de lui depuis le décès brutal de sa mère. Celle ci va se faire entrainer par son petit copain dans une sombre histoire de vidéos pornographiques. Samuel demandera de l’aide à Grégory, le dernier compagnon de la mère de Rebecca mais celui ci n’arrivera pas à faire face à la haine que la jeune fille ressent.

Entre Rebecca sa fille et Joseph son père, Samuel ne saura plus ou donner de la tête mais fera tout pour d’un côté aider sa fille et de l’autre apprendre la vérité.

L’auteur se base toujours sur des faits réels pour ses livres et c’est aussi ce qui m’attire. J’ai passée un très bon moment en faisant cette lecture même si je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de plus dur comme lecture.

J’ai retrouvé ici une écriture fluide, j’avais l’impression lors de la lecture qu’on me racontait l’histoire. J’ai eu du mal à le lâcher car je voulais savoir si Samuel arriverait à trouver la vérité sur son père et si il arriverait à sortir Rebecca de cet engrenage.

Petit bémol sur la couverture à laquelle je n’ai pas du tout accrochée mais ce n’est qu’une question de goût personnel et cela n’enlève en rien le talent de l’auteur.

Je n’attendrais pas longtemps avant de découvrir ses autres écrits.

Policiers/Thrillers

La chair de sa chair – Claire Favan

Sortie format Broché le 03 mars 2021 aux Editions HarperCollins. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Moira O’Donnell c’est, derrière le feu des boucles rousses et l’énergie inépuisable, une femme qui lutte pour garder la tête hors de l’eau.
C’est une vie d’adulte démarrée trop tôt.
Ce sont trois gamins livrés à eux-mêmes et autant de boulots cumulés pour les nourrir.
Ce sont des pères absents  : le premier, incarcéré le plus longtemps possible, croit-elle, et le second, suicidé.
C’est une culpabilité sans fin.
Moira O’Donnell, c’est la solitude d’une mère de famille dure au mal qui se bat, tombe et renaît. Pour ses enfants. Et avec eux. À la vie, à la mort.
Chaque semaine, elle achète un ticket de loterie en rêvant à une vie meilleure. Mais les services sociaux ont d’autres projets pour elle… Et un problème n’arrivant jamais seul, l’équilibre précaire qu’elle pensait avoir créé vire bientôt à la tragédie.

Mon avis

Ce n’est pas le premier livre que je lis de Claire Favan mais je peux déjà vous dire que ce ne sera pas le dernier. J’ ai encore quelques uns de ces livres déjà sortis à lire et après cette lecture, j’ai vraiment envie de les découvrir rapidement.

En lisant le prologue on se demande directement dans quoi nous embarque l’auteur. On le découvre rapidement au fur et à mesure de la lecture et on se prend claque sur claque.

Claire nous offre ici un thriller psychologique autour de la famille, Moira la mère et ses enfants Peter, Nigel et Wendy souffrant de mucoviscidose. Pour ses enfants, elle cumule 3 emplois afin de subvenir à leur besoin mais également pour payer les soins de Wendy. Sortira -t-elle un jour de cet engrenage? Trouvera -t-elle enfin une stabilité financière mais également amoureuse?

Nous découvrons également dans cette histoire le personnage de Bo, le père de Peter. Je vous laisse découvrir lors de la lecture de ce livre le rôle qu’il joue dans cette histoire.

Enfin, Bruce est également l’un des personnages principaux de ce livre. Mais encore une fois, je vous laisse découvrir vous même qui est cette personne car je ne veux en aucun cas spolier.

Ce que je peux cependant vous dire c’est que encore une fois Claire Favan fait très très fort et nous offre ici un vrai chef d’œuvre. Elle a un véritable don pour rendre les personnages réels dans notre tête. J’avais l’impression de vivre l’histoire avec eux, de souffrir auprès de certains d’eux, d’avoir envie d’en secouer d’autres.

On passe par tous les sentiments au fur et à mesure de la lecture, colère, tristesse, écœurement, étonnement, … pour arriver à un final machiavélique mais qui je l’avoue m’a frustrée.

Je ne peux que vous conseiller de foncer dans votre librairie acheter cette pépite. Pour ma part je vais sortir de ma PAL les livres de Claire que je n’ai pas encore lu.

Policiers/Thrillers

Que du feu – Cara Hunter

Sorti en format Broché le 10 mars 2021 aux Editions Hauteville. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Tout le monde n’a pas le coeur à réveillonner pendant les fêtes de fin d’année. À Oxford, un incendie a réduit en cendres la maison de la famille Esmond. Parmi les décombres, les corps de deux enfants. Le plus jeune est mort, le pronostic vital de l’aîné est réservé. Que faisaient-ils seuls dans la maison ? Où est passée leur mère ? Pourquoi leur père est-il injoignable ?

Cette affaire met à rude épreuve les nerfs de Fawley et réveille en lui de douloureux souvenirs. Sur place, les flammes ont détruit presque tous les indices, mais plus l’enquête progresse, plus l’inspecteur a du mal à croire que des décorations de Noël soient à l’origine de ce désastre. Et si cet incendie n’avait rien d’accidentel ?

Mon avis

Ayant lu et adoré les précédents livres de Cara Hunter, c’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle sortie de sa part.

« Que du feu » est le troisième tome de la série des enquêtes d’Adam Fawley. Les précédents étant « Sous nos yeux » (tome 1) et « Dans les ténèbres » (tome 2) mais il peut se lire indépendamment sans soucis. Et je dois dire que pour les trois tomes je trouve les couvertures magnifiques.

Nous retrouvons lors de cette lecture plusieurs thèmes comme la dépression post-natale, la famille mais aussi la vengeance.

Je me suis vite retrouvée embarquée dans cette histoire ou l’on découvre hélas la mort d’un enfant et son frère grièvement blessé suite à un incendie. Ou sont le père et la mère? je vous laisse le découvrir lors de cette lecture mais sachez que lorsque vous aurez commencé ce livre, vous ne voudrez plus le lâcher avant la dernière page.

L’auteur nous emmène dans cette histoire de famille qui bascule et l’écriture et le style de Cara Hunter fond que nous ne pouvons que nous attacher aux personnages et par conséquent en savoir plus sur ce qui est réellement arrivé lors de cet incendie qui a ravagé la maison.

Nous suivons donc Adam Fawley et son équipe dans cette enquête qui nous rend dingue. En effet, tout le monde aurait pu mettre le feu à cette maison et au fur et à mesure de la lecture on soupçonne une personne, puis quelques pages plus loin on se dit que finalement se serait plutôt cette autre personne,…

Pour au final se prendre une claque car je n’aurais pas imaginée cette fin, je n’ai rien vu venir.

Le seul bémol lors de ma lecture est le fait que je me suis un peu perdue dans les noms des membres de l’équipe. Il m’a fallut un moment pour bien les distinguer mais à part ça je n’ai vraiment que du positif à dire pour ce livre.

Un conseil foncez dans votre librairie pour l’acheter et pourquoi pas acheter les deux précédents tomes si vous ne les avez pas encore lu.

Policiers/Thrillers

Synopsix – Angélina Delcroix

Sorti en format Broché le 15 août 2020 aux Editions France Loisirs et le 14 janvier 2021 aux Editions Nouvelles Plumes. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Un manoir se dresse dans la neige, majestueux malgré les dommages du temps qui passe. Mais ses lourdes portes ne dissimulent plus son macabre secret : six cadavres pour six scènes de crime.
Quelques semaines plus tôt, Mallory reçoit une étrange proposition par mail : devenir l’un des six participants à un jeu très confidentiel. Le challenge : se glisser dans la peau d’un enquêteur de la police scientifique pendant un mois, avec à la clé, 100 000 euros de récompense. Pour la jeune femme, c’est l’occasion rêvée d’échapper à son travail de serveuse et surtout à sa patronne qu’elle ne supporte plus. Au fil des énigmes de la phase de qualification, Mallory se prend au jeu. Quand elle se réveille un jour après avoir été droguée devant cet imposant manoir, elle comprend qu’il est trop tard pour reculer : le jeu ne fait que commencer…

Mon avis

J’ai déjà lu les précédents livres d’Angelina et c’est toujours avec impatience que j’attends la sortie de son nouveau. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans Synopsix.

Tout d’abord je dois dire que j’ai vraiment flashé sur la couverture que je trouve sobre et en même temps magnifique.

Lors de cette lecture nous rencontrons Mallory qui a été rejeté par son père et qui depuis vie grâce à son emploi de serveuse. Emploi qu’elle déteste autant que sa patronne.

Quand elle reçoit un mail lui proposant de participer à un jeu elle n’hésite pas longtemps et se retrouve vite à vouloir absolument trouver les solutions aux énigmes afin d’être sélectionnée et d’avoir peut être la chance de gagner 100 000 euros.

Pas un instant elle ne se demande pourquoi l’une des règles est de ne parler de ce jeu à personne.

Mallory va se réveiller un jour devant un énorme manoir. Une fois à l’intérieur pourra t – elle en sortir. D’abord seule, elle se retrouvera ensuite avec les autres participants. Sont-ils seuls dans ce manoir? Quel est leur rôle dans ce « jeu ». Jusqu’ou iront-ils pour gagner ces 100 000 euros?

Je ne vous en dit pas plus afin de ne pas spolier mais sachez que si vous êtes comme moi, dès que vous commencerez cette lecture, vous sursauterez au moindre bruit.

Angelina Delcroix ne déroge pas à son habitude et nous livre encore dans son nouveau livre du suspense à n’en plus finir. Dans cet environnement angoissant, les événements arrivent quand on ne s’y attends pas mais surtout ils n’en finissent plus. Malgré tout, je dois dire que j’ai trouvé quelques longueurs par moment.

Il faut savoir que l’auteur nous livre dans son livre des affaires judiciaires non élucidées qui se sont réellement passée et cela nous imprègne encore plus dans la lecture.

Alors même si Synopsix n’est pas mon livre préféré de cette auteur (car j’ai eu un vrai coup de cœur pour sa trilogie) il est très très bon et si vous aimez les thrillers psychologiques foncez dans votre librairie vous le procurer.

Policiers/Thrillers

Le cercle de Finsbury – B.A. Paris

Sorti en format Broché le 04 mars 2021 aux Editions Hugo Roman. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves…
Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement
sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !
… Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.
Lorsqu’Alice apprend que Nina, qui vivait dans la maison avant qu’ils n’emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d’insécurité qu’elle ressentait jusqu’alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s’épier les uns les autres, ne la rassurent.
Et puis l’on passe bien trop facilement d’une maison à l’autre, à l’intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix.

Mon avis

Je remercie tout d’abord les Editions Hugo Roman pour m’avoir donner l’opportunité de découvrir ce livre via le site Netgalley.

B.A. Paris est une auteur que j’apprécie énormément et que j’ai eu la chance de rencontrer au salon PolarLens en 2019. J’ai bien entendu dévoré ses 4 autres livres et c’est donc avec impatience que j’ai commencé la lecture de son nouveau livre.

Lors de cette lecture nous faisons connaissance d’Alice, qui s’installe avec son compagnon Léo dans une maison trouvée par celui – ci. Une maison dans une résidence très sécurisé.

Alice emménage dans cette maison sans l’avoir visitée, en ayant aucune information sur ce cercle qui est composé de plusieurs maisons et ou tout le monde à l’air de très bien se connaître.

Très vite elle va apprendre que Nina l’ex propriétaire de la maison à sauvagement été assassinée chez elle. Si les autres habitants du cercle lui certifient que c’est le mari de Nina qui l’a tué, Alice doute de plus en plus.

Elle ne sait plus quoi penser… Il se passe des choses étranges dans cette maison mais elle découvre en plus que Léo ne fait que lui mentir.

Elle se méfie également de chacun des habitants de ce cercle qui se connaissent tous mais qui semblent cacher beaucoup de choses.

La narration à la première personne du point de vue d’Alice nous permet de nous mettre dans sa peau, de vivre les choses avec elle, son intégration auprès de ses voisines, sa rencontre avec la personne qui va lui apprendre comment Nina est morte, son ressentie suite aux mensonges de Léo, ses doutes,… L’auteur a vraiment ce don dans chacun de ses livres de nous accrocher totalement au personnage principal.

Comme Alice, j’ai soupçonné plusieurs personnes et j’ai émis des hypothèses jusqu’à ce que j’arrive à ce final que je n’avais pas vu venir mais alors pas une seule seconde je ne m’étais attendue à ce final.

Bémol pour moi sur la couverture à laquelle je n’ai vraiment pas accrochée.

Alors même si j’ai trouvé quelques petites longueurs par moment et que ce ne sera pas mon préféré de B.A. Paris, j’ai vraiment passé un agréable moment malgré tout.

Policiers/Thrillers

Urbex Sed Lex – Christian Guillerme

Sorti en format poche le 18 juin 2020 chez Taurnada Editions. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté. Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné… Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition. JAMAIS !

Mon avis

Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre aussi bien pour son résumé que pour sa couverture qui me plait beaucoup. Finalement je l’ai reçu dans une commande de livres pour la Saint Valentin et je l’ai donc naturellement rapidement commencé.

L’urbex est un sujet que l’ont retrouve très rarement dans les livres et cela est pour moi un point positif de la part de l’auteur.

Nous retrouvons dans cette histoire 2 couples d’amis Théo, Chloé, Fabrice et Carine. Fans d’urbex, ils reçoivent un jour un mail leur proposant une grosse somme d’argent s’ils acceptent le défi de passer une nuit dans un ancien sanatorium. Si Théo et Chloé veulent absolument se lancer dans cette expédition, Fabrice est plus septique, pour lui quelque chose cloche. Ils finiront finalement par répondre positivement à ce mail.

Le résumé du livre vous donne déjà une information importante: ils auraient dû refuser cette proposition, mais ce que vous ne savez pas c’est pourquoi et surtout ce qu’il va se passer dans ce Sanatorium. Et cela je vous le laisse découvrir en lisant ce livre de Christian Guillerme.

Pour ma part, je peux vous dire que j’ai pris beaucoup de plaisir à en faire la lecture. J’ai particulièrement appréciée les descriptions de l’endroit et cela à fait que je me suis sentie comme un membre du groupe, j’avais l’impression d’être sur place avec eux.

Si j’ai lu les 75 premières pages avec intérêt, la suite de ces pages m’a complétement accaparée, à partir du moment ou le groupe se retrouve devant le Sanatorium, je ne voulais plus lâcher le livre car je voulais absolument savoir face à quoi ou à qui allaient se retrouver Théo, Chloé, Fabrice et Carine et surtout je voulais savoir s’ils allaient sortir de cet endroit vivants.

Petit bémol pour ce livre, j’aurais voulu passer plus de temps avec ce livre, je pense qu’il aurait pu être plus long, qu’il aurait pu se passer plus de choses.

Vous l’aurez compris, je vous conseille de lire « Urbex Sed Lex ». Pour ma part, je ne tarderais pas à lire le précédent livre de l’auteur et de surveiller afin d’être au courant de la sortie de son prochain.

Policiers/Thrillers

Le cadeau – Sebastian Fitzek

Sorti en format Broché le 04 mars 2021 aux Editions L’Archipel. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Arrêté à un feu à Berlin, Milan Berg aperçoit sur le siège arrière d’une voiture une ado terrorisée qui plaque une feuille de papier contre la vitre. Un appel au secours ? Milan ne peut en être certain : il est analphabète. Mais il sent que la jeune fille est en danger de mort.

Lorsqu’il décide de partir à sa recherche, une odyssée terrifiante commence pour lui. Accompagné d’Andra, sa petite amie, Milan est contraint de retourner sur l’île de son enfance. Là, il va découvrir des pans entiers de son passé qu’il avait oubliés…

Une cruelle prise de conscience s’impose alors : la vérité est parfois trop horrible pour qu’on puisse continuer à vivre avec elle – et l’ignorance est souvent le plus beau des cadeaux…

Mon avis

Tout d’abord je remercie Mylène des Editions L’Archipel pour cette lecture suite à ma demande via NetGalley.

« Le cadeau » est le troisième livre que je lis de cet auteur et je dois dire que j’avais vraiment adoré les deux précédents. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce livre.

Dès les premières pages nous sommes confronté à une scène très dure dans laquelle nous découvrons Milan, avec pour surnom « le flic ». Je vous laisse le plaisir de découvrir pourquoi ce surnom lorsque vous lirez à votre tour ce livre.

Dans cette scène, Milan n’a d’autre choix pour s’en sortir que de raconter l’histoire qui l’a mené jusque la. Il va donc commencer à raconter ce qui l’a poussé à foncer dans cette recherche, cette enquête afin de retrouver cette jeune fille qu’il a aperçu à la fenêtre d’une voiture. Que voulait lui faire comprendre cette fille qui tenait un mot à la vitre? Milan n’en sait strictement rien car celui ci est hélas analphabète. Cependant, le visage de cette personne et son désarroi lui laissent penser qu’elle est en danger.

Pour l’aider, il pourra compter sur sa compagne Andra.

Andra à qui il n’a jamais avouer ne pas savoir lire, avec qui il forme un couple ou il y a des hauts et des bas au point de devoir suivre une thérapie de couple.

Ensemble ils vont se lancer dans une course contre la montre mais surtout se retrouver face à une multitude de pièges orchestré par les ravisseurs de cette jeune fille.

Milan ira de découverte en découverte jusqu’à un final totalement désamorçant que je n’avais vraiment pas vu venir.

Dans ce livre j’ai retrouvé des chapitres courts ce que j’apprécie toujours.

Je dois avouer que j’ai mis du temps non pas à entrer dans l’histoire car j’ai été directement happé dedans et je voulais en savoir plus mais il m’a vraiment fallut du temps afin de mettre les choses en place. En effet, j’ai trouvée cette lecture plus complexe que les précédentes que j’ai pu faire de cet auteur.

Malgré cela, l’auteur manipule totalement son lecteur, il nous montre jusqu’ou le côté pervers d’une personne peut aller et même si je ne conseillerais pas ce livre comme première lecture pour découvrir l’auteur, j’ai vraiment pris plaisir à faire cette lecture et j’ai réellement passée un bon moment.

Je dirais donc aux personnes qui connaissent déjà Sebastian Fitzek de foncer en librairie pour vous procurer ce livre et pour les personnes ne connaissant pas l’auteur, de commencer par un autre de ces livres avant d’entamer celui ci. Mais une chose est sure, je vous conseille de ne pas passer à côté de ce livre.

Policiers/Thrillers

Jeux de vilains – Yves Laurent

Sorti en auto édition le 27 août 2020. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

« Après un dernier signe de la main, il s’empara de son briquet et enflamma la mèche. Le feu se propagea inexorablement vers le véhicule dans lequel le futur grand brûlé, s’agitant comme un fou, venait de se déboîter les poignets en tentant de se libérer. Le tueur attendit que la torche humaine cesse de hurler avant de quitter les lieux, satisfait, le sourire aux lèvres. »

Mon avis

Comme promis, voici mon avis sur « Jeux de vilains », suite du premier tome « Jeux de mains ».

Dans ce deuxième tome, l’inspecteur David Corduno et son équipe se retrouvent confronté à une série de meurtres de plus en plus abominables. Quel lien entre ces meurtres et ce que vous avez pu lire dans « Jeux de mains »? je vous laisse le découvrir car je ne veux pas en dire plus au risque de spolier.

Comme je l’ai dis dans ma chronique précédente, j’ai lu ce livre à la suite du premier tome. Et je ne le regrette vraiment pas. Cela m’a vraiment permis de rester complétement dans l’histoire mais surtout de m’attacher encore plus aux membres de l’équipe.

Dans ce deuxième tome j’ai retrouvé cette fluidité dans la lecture, ce plaisir de découvrir ce que les auteurs ont imaginé. Et encore une fois je me suis pris une belle claque. Nous retrouvons ici une augmentation dans l’horreur, tant dans les meurtres que dans les actions faites ( la encore je ne vous en dit pas plus mais je suis déjà certaine que vous penserez à moi lors d’un certain passage en vous disant qu’en effet c’est vraiment dégoutant).

Le rythme de ce deuxième tome est pour moi autant si pas plus intense que le premier je dois vous avouer que l’attaque de certaines cibles m’ont arrachée les larmes, ce qui est extrêmement rare pour moi.

Quand on a été à la hauteur lors d’un premier livre, il n’est pas toujours facile de faire aussi bien pour la suite et bien je peux vous dire que Yves et Laurent n’ont pas fait aussi bien… ils ont fait encore mieux et sincèrement une fois ce livre fini, il m’a fallut quelques jours afin de réussir à me détacher de cette lecture et de ces personnages.

Bref, vous l’aurez compris, je ne peux que vous conseillez de lire ces 2 livres que j’ai trouvé vraiment excellents. Et bien entendu, j’attends le prochain livre de ces auteurs avec impatience.

Policiers/Thrillers

Jeux de mains – Yves Laurent

Livre sorti le 10 avril 2017.
Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

 « Ce coup-ci n’était qu’un “essai” afin de m’assurer que je n’avais pas tout à fait perdu la main, mais, pour ma prochaine victime, je lui réserve une véritable petite œuvre d’art. Mon vieux Corduno, il va falloir te préparer à en baver grave. » Après deux années d’interruption, le tueur en série qui donnait des cauchemars au célèbre Inspecteur Principal David Corduno et à son équipe, décide de refaire surface afin de poursuivre sa danse macabrement perverse. Le point commun de la sixième victime avec les précédentes ? Une nouvelle phalange emportée, mais à la main gauche, cette fois. Le sang-froid de Corduno va être mis à rude épreuve au cours de cette enquête bruxelloise ponctuée de traits d’humour et de bains de sang. Mais pourquoi le meurtrier semble-t-il si bien connaître son traqueur ?

Mon avis

Je dois vous avouer que ça fait des mois voir plus que mon amie Valérie me dit de lire ce livre. Il me faisait envie mais je n’arrivais pas à me décider car quand on me dit qu’un livre est vraiment bien, j’ai toujours peur d’être déçue et je repousse toujours l’échéance de plonger dans la lecture. Puis le deuxième tome « Jeux de vilains » est sorti et je n’avais toujours pas lu « jeux de mains ». Encore une fois mon amie m’a dit de m’y mettre. J’ai donc acheté le deuxième tome en novembre et … voila enfin je peux dire que oui ça y est, j’ai écoutée Valérie et j’ai lu non pas ce tome mais les deux tomes. Je ne te dirais qu’une chose Val, Mea Culpa, en effet j’aurais du t’écouter et me lire ces livres bien plus tôt.

Ce livre et sa suite (Jeux de vilains dont ma chronique sera pour bientôt) est écrit par deux hommes que vous devez absolument rencontrer. Je ne dis pas ça parce que comme moi ils sont belges mais parce qu’ils sont disponibles pour leurs lecteurs, d’une extrême gentillesse, ils ont toujours le sourire et parce que passer un moment avec eux vous donne le sourire et la pêche.

Une couverture que je trouve magnifique et intrigante à la fois, un titre qui pose question. En ayant ce livre entre les mains je me suis demandé ou allez m’emmener Yves et Laurent. Et bien ils m’ont complétement embarqué dans cette histoire ou nous rencontrons l’inspecteur Corduno et toute son équipe. Alors non je ne vais pas vous refaire un résumé du résumé ou autre mais je vais simplement vous dire que je n’ai pas pu lâcher ce livre, dès que j’avais deux minutes devant moi je me plongeais dedans car je voulais absolument savoir ce qui allait se passer, je voulais retrouver ces personnages auxquels je me suis vraiment attaché. Pour moi Yves et Laurent ont énormément de talent et si je ne savais pas que c’était leur premier roman, je ne l’aurais jamais deviné tant la qualité de cette histoire est à son maximum.

En temps normal j’aime quand le livre que je lis a beaucoup de chapitres, des chapitres court. Cependant ce n’est pas le cas ici puisque nous avons 18 chapitres sur le total des 374 pages et encore une fois cela ne m’a pas du tout dérangé car nous sommes tellement dans un rythme intense sans temps mort que chapitres courts ou longs, peut importe cela n’a rien changé pour ma lecture.

Dans ce livre j’ai aussi apprécié les nombreux rebondissements mais alors le final je peux vous dire excusez moi l’expression mais je me le suis pris en pleine tronche. Je n’aurais pas imaginé une seule seconde cette fin la et c’est ce qui fait aussi qu’un livre est réussi.

Vous l’aurez compris un vrai coup de cœur pour moi que je vous recommande à 100% et je ne vous direz qu’une chose … ne faites pas comme moi n’attendez pas autant de temps avant de le découvrir.

Bientôt la chronique de « jeux de vilains » car sur les conseils toujours très bon de mon amie Valérie, je les ai lu à la suite l’un de l’autre.

Policiers/Thrillers

Cinq doigts sous la neige – Jacques Saussey

Résumé

Une fête d’anniversaire.
Une forêt enfouie sous la neige.
Quinze jeunes coupés du monde.


Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois.
Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d’oublier la douleur du deuil, Marc ne l’a pas soutenu comme il l’aurait dû.
Lorsque son fils lui demande l’autorisation d’inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s’il craint les débordements des jeunes.

Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d’adolescents chez les Torres au cœur de la forêt silencieuse.

Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.

À tout prix.

Mon avis

Une couverture et un résumé qui m’ont directement donné envie de lire ce livre. Il faut dire que j’apprécie énormément Jacques et son talent.

J’ai profité d’un week-end dans les Ardennes pour le lire et quoi de plus adapté à cette lecture que la vue que j’avais depuis le canapé de la maison que nous avions louée. Des collines enneigées … le décor parfait pour attaquer ce livre.

Dès le début du livre, vous vous retrouvez dans un petit village des Vosges ou tout le monde se connaît. Cependant, depuis quelques années Marc, écrivain et son fils Alexandre sont venus s’y installé. Si Alexandre à bien des copains du lycée, Marc lui reste distant et ne se mélange pas à la population du village.

Quand Alexandre insiste auprès de son père pour organiser une fête pour ses 18 ans, Marc refuse avant d’accepter à contrecœur.

En plus d’une fête qui ne se déroule pas comme le voudrait Alexandre, la météo capricieuse va venir s’en mêler si bien que les adolescents seront obligé de dormir sur place au grand désarroi de Marc.

Au réveil, un drame c’est déroulé. La vie de Marc ne sera plus jamais comme avant et les secrets entre lui et son fils referont surface.

Vous retrouvez dans ce livre aux chapitres courts un climat angoissant, des mensonges, de la jalousie, une tension présente pendant toute la lecture, de multiples rebondissements et surtout un final que je n’attendais pas du tout. En lisant ce final je me suis rappelé avec lu le prologue et mettre dit à ce moment la que je ne comprenais pas trop ce que ce prologue faisait dans ce livre par rapport à l’histoire du livre. Et bien en finissant ces dernières pages, je comprends tout à fait le lien avec le prologue et j’en suis vraiment épaté.

Vous l’aurez compris j’ai pris un vrai plaisir à lire ce dernier livre de Jacques, je n’avais qu’une envie tourner les pages pour découvrir la suite. Je me dis que je ne vais pas attendre longtemps avant d’en lire un autre de lui (et oui je ne les ai pas encore tous lu).