Témoignages/Récits

Adopte un môme – Guillaume Droin

Sortie format Broché le 10 novembre 2020 aux Editions Librinova. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Un couple s’aperçoit qu’il a peu de chance d’avoir un enfant biologiquement. Il se lance dans un long et douloureux processus de fécondation in vitro. Les tentatives échouent les unes après les autres. Ils ont épuisé toutes les possibilités et sont désespérés. Ils renoncent. Guillaume ne voit d’autre choix que de se lancer dans le parcours de l’adoption. Rapidement, ils s’aperçoivent que ce projet est hors de portée. Ils finissent néanmoins par obtenir leur agrément. La suite est du même acabit. Ils se demandent alors quels risques, non imaginés au départ, ils sont prêts à prendre : un enfant trisomique, battu… Puis c’est le miracle. Ils trouvent une filière déconseillée mais licite. Ils s’y engagent, inconscients de ce qui les attend. Tout s’accélère et prend des proportions qui les dépassent : décision à prendre sans délai pour l’adoption d’une petite fille atteinte du VIH, course contre la montre face à d’autres couples plus entraînés… Ce sera finalement un petit garçon. Tout va très vite : les joies succèdent aux pleurs et les pleurs aux joies. Ils rencontrent un pays, l’Arménie, et leur potentiel fils. L’attachement a lieu dès la première rencontre, ce sera Lui. L’arrachement sera d’autant plus rude. Ils perdront souvent espoir, se raccrocheront à tout ce qu’ils peuvent de façon parfois irrationnelle. Jusqu’à la dernière minute, ils n’auront pas de certitude. Pourtant, leur combat sera victorieux : ils rentreront tous les trois un 25 décembre, jour de Noël.

Mon avis

Je remercie tout d’abord la Maison d’Editions Librinova pour m’avoir proposé de découvrir ce livre.

Une histoire qui ne peut que me toucher ayant du passer par la fécondation in vitro afin d’avoir mon fils. Et je vous avoue qu’en lisant ce livre, je me suis posée la question « Si la FIV n’avait pas marchée auraient – on été jusqu’à l’adoption? » Pour être honnête je n’ai pas su répondre à cette question car je pense qu’il faut vraiment se retrouver dans la situation afin de prendre une telle décision.

Nous rentrons dans l’intimité de Guillaume et de sa femme. ils nous partagent tous les sentiments qui les accompagnent dans ce combat. L’espoir, la désillusion, le doute, la peur, l’amour sont leur quotidien.

Un récit écrit comme un roman dont on a une seule envie tourner les pages afin de connaître le dénouement de cette histoire d’amour sans frontière.

Je suis heureuse que des gens comme Guillaume et sa femme partagent leur vécu afin d’aider psychologiquement d’autres personnes dans la même situation à tenir le coup, à ne jamais lâcher et à aller jusqu’au bout de leur rêve d’être parent.

L »auteur nous livre ici une vraie leçon de courage et d’humanité et chacun d’entre nous devrais faire la lecture de cette histoire.

Policiers/Thrillers

La chair de sa chair – Claire Favan

Sortie format Broché le 03 mars 2021 aux Editions HarperCollins. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Moira O’Donnell c’est, derrière le feu des boucles rousses et l’énergie inépuisable, une femme qui lutte pour garder la tête hors de l’eau.
C’est une vie d’adulte démarrée trop tôt.
Ce sont trois gamins livrés à eux-mêmes et autant de boulots cumulés pour les nourrir.
Ce sont des pères absents  : le premier, incarcéré le plus longtemps possible, croit-elle, et le second, suicidé.
C’est une culpabilité sans fin.
Moira O’Donnell, c’est la solitude d’une mère de famille dure au mal qui se bat, tombe et renaît. Pour ses enfants. Et avec eux. À la vie, à la mort.
Chaque semaine, elle achète un ticket de loterie en rêvant à une vie meilleure. Mais les services sociaux ont d’autres projets pour elle… Et un problème n’arrivant jamais seul, l’équilibre précaire qu’elle pensait avoir créé vire bientôt à la tragédie.

Mon avis

Ce n’est pas le premier livre que je lis de Claire Favan mais je peux déjà vous dire que ce ne sera pas le dernier. J’ ai encore quelques uns de ces livres déjà sortis à lire et après cette lecture, j’ai vraiment envie de les découvrir rapidement.

En lisant le prologue on se demande directement dans quoi nous embarque l’auteur. On le découvre rapidement au fur et à mesure de la lecture et on se prend claque sur claque.

Claire nous offre ici un thriller psychologique autour de la famille, Moira la mère et ses enfants Peter, Nigel et Wendy souffrant de mucoviscidose. Pour ses enfants, elle cumule 3 emplois afin de subvenir à leur besoin mais également pour payer les soins de Wendy. Sortira -t-elle un jour de cet engrenage? Trouvera -t-elle enfin une stabilité financière mais également amoureuse?

Nous découvrons également dans cette histoire le personnage de Bo, le père de Peter. Je vous laisse découvrir lors de la lecture de ce livre le rôle qu’il joue dans cette histoire.

Enfin, Bruce est également l’un des personnages principaux de ce livre. Mais encore une fois, je vous laisse découvrir vous même qui est cette personne car je ne veux en aucun cas spolier.

Ce que je peux cependant vous dire c’est que encore une fois Claire Favan fait très très fort et nous offre ici un vrai chef d’œuvre. Elle a un véritable don pour rendre les personnages réels dans notre tête. J’avais l’impression de vivre l’histoire avec eux, de souffrir auprès de certains d’eux, d’avoir envie d’en secouer d’autres.

On passe par tous les sentiments au fur et à mesure de la lecture, colère, tristesse, écœurement, étonnement, … pour arriver à un final machiavélique mais qui je l’avoue m’a frustrée.

Je ne peux que vous conseiller de foncer dans votre librairie acheter cette pépite. Pour ma part je vais sortir de ma PAL les livres de Claire que je n’ai pas encore lu.

Romans

La lumière était si parfaite – Carène Ponte

Sorti format Broché le 15 avril 2021 chez Fleuve Editions. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Il suffit parfois d’un rien pour que la vie s’éclaire

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Mon avis

Pour commencer je remercie Fleuve Editions et Netgalley de m’avoir permis de faire cette lecture.

Premier livre que je lis de cette auteur et je peux déjà vous dire que je renouvellerais l’expérience.

Nous rencontrons Megg qui n’arrive plus à faire face à son adolescente rebelle, à être la bonne petite ménagère, à son mari qui ne se rends pas compte que sa femme est au bord du gouffre mais surtout au décès de sa maman.

Lorsque Megg vide sa maison d’enfance aidée par sa voisine Romy, elle va découvrir une ancienne pellicule qui va changer sa vie…

Sur les conseils de Romy, et accompagnée de celle ci, Megg embarque sa fille et les voila toutes les trois parties pour un road trip pour finir le voyage en Bulgarie afin d’en découvrir plus sur cette mystérieuse photo trouvée dans le grenier.

Une très belle histoire et même si l’auteur aborde des sujets compliqués tel que le deuil, le mensonge, la dépression, elle le fait d’une manière tellement douce, avec une dose d’humour juste ce qu’il faut, ce qui fait que nous passons un très bon moment.

Une écriture pétillante, légère, captivante qui fait qu’une fois commencée ma lecture, j’ai eu du mal à le lâcher avant la fin que j’ai trouvée très émouvante.

Témoignages/Récits

Moins que rien – Zoé Patterson

Sorti en format Broché le 20 juin 2018 chez City Edition. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Zoe a toujours été maltraitée par sa mère. Cette femme alcoolique en a fait une souffre-douleur. «  Tu es une moins que rien  », répète-t-elle sans cesse, en la battant et en l’humiliant.

Mais un jour, Zoe montre à son institutrice les bleus qui constellent son corps. Les services sociaux placent alors la fillette dans un centre d’accueil où elle pense enfin pouvoir échapper à la violence. En réalité, son cauchemar ne fait que commencer.

Des filles plus âgées l’emmènent à une «  fête  » et la vendent à des hommes qui abusent d’elle sous le regard complice des assistantes sociales. Zoe comprend que pour survivre, elle doit accepter son terrible sort. Le calvaire durera des années, jusqu’au jour où enfin, elle trouve la force de dénoncer ses bourreaux…

Le témoignage d’une enfant victime, abusée par les hommes, abandonnée par la société.

Mon avis

Je lisais beaucoup plus ce genre de récit il y a quelques années, puis j’ai complètement arrêté pour au final à ce jour en lire un de temps en temps.

Je trouve toujours très compliqué de faire une chronique sur ces histoires vraies qui racontent souvent des moments de vies que personnes ne devraient vivre un jour.

Ce genre de lecture est souvent difficile mais ce livre est je pense le pire de ce que j’ai déjà pu lire dans cette catégorie.

Zoé n’aura eu aucun répit que ce soit dans son enfance mais également dans son adolescence. Battue par sa mère alcoolique, ignoré par son père, rejeté par ses frères, elle pensera enfin sortir de ce calvaire quand elle osera enfin tout avouer à son institutrice. Hélas, si les services sociaux s’intéresseront bien à son histoire, ce sera uniquement pour la retirer du foyer familial afin de la placer en foyer.

Dans ce foyer, elle se rendra vite compte qu’elle est encore moins en sécurité que chez ses parents. En effet, elle va vite se retrouver l’objet de vente d’une jeune fille qui n’hésitera pas à l’emmener dans « des fêtes » afin de la vendre sexuellement.

Le plus révoltant c’est quand on se rends compte que le personnel du foyer est au courant de tout ce qui se passe et qu’ils préfèrent laisser faire.

La lecture de ce livre nous montre à quel point Zoé va souffrir physiquement mais également psychologiquement.

Un livre qui ne devrait pas exister car comment peut – on en arriver à faire du mal à son propre enfant? Comment peut – on en tant que personnel social laisser souffrir à ce point des jeunes qu’on leurs confient? Comment en tant que jeune placée en foyer peut-on se servir de plus faible afin de se faire de l’argent de la manière la plus abjecte possible.

Vous l’aurez compris ce livre est totalement bouleversant.

Policiers/Thrillers

Que du feu – Cara Hunter

Sorti en format Broché le 10 mars 2021 aux Editions Hauteville. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Tout le monde n’a pas le coeur à réveillonner pendant les fêtes de fin d’année. À Oxford, un incendie a réduit en cendres la maison de la famille Esmond. Parmi les décombres, les corps de deux enfants. Le plus jeune est mort, le pronostic vital de l’aîné est réservé. Que faisaient-ils seuls dans la maison ? Où est passée leur mère ? Pourquoi leur père est-il injoignable ?

Cette affaire met à rude épreuve les nerfs de Fawley et réveille en lui de douloureux souvenirs. Sur place, les flammes ont détruit presque tous les indices, mais plus l’enquête progresse, plus l’inspecteur a du mal à croire que des décorations de Noël soient à l’origine de ce désastre. Et si cet incendie n’avait rien d’accidentel ?

Mon avis

Ayant lu et adoré les précédents livres de Cara Hunter, c’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle sortie de sa part.

« Que du feu » est le troisième tome de la série des enquêtes d’Adam Fawley. Les précédents étant « Sous nos yeux » (tome 1) et « Dans les ténèbres » (tome 2) mais il peut se lire indépendamment sans soucis. Et je dois dire que pour les trois tomes je trouve les couvertures magnifiques.

Nous retrouvons lors de cette lecture plusieurs thèmes comme la dépression post-natale, la famille mais aussi la vengeance.

Je me suis vite retrouvée embarquée dans cette histoire ou l’on découvre hélas la mort d’un enfant et son frère grièvement blessé suite à un incendie. Ou sont le père et la mère? je vous laisse le découvrir lors de cette lecture mais sachez que lorsque vous aurez commencé ce livre, vous ne voudrez plus le lâcher avant la dernière page.

L’auteur nous emmène dans cette histoire de famille qui bascule et l’écriture et le style de Cara Hunter fond que nous ne pouvons que nous attacher aux personnages et par conséquent en savoir plus sur ce qui est réellement arrivé lors de cet incendie qui a ravagé la maison.

Nous suivons donc Adam Fawley et son équipe dans cette enquête qui nous rend dingue. En effet, tout le monde aurait pu mettre le feu à cette maison et au fur et à mesure de la lecture on soupçonne une personne, puis quelques pages plus loin on se dit que finalement se serait plutôt cette autre personne,…

Pour au final se prendre une claque car je n’aurais pas imaginée cette fin, je n’ai rien vu venir.

Le seul bémol lors de ma lecture est le fait que je me suis un peu perdue dans les noms des membres de l’équipe. Il m’a fallut un moment pour bien les distinguer mais à part ça je n’ai vraiment que du positif à dire pour ce livre.

Un conseil foncez dans votre librairie pour l’acheter et pourquoi pas acheter les deux précédents tomes si vous ne les avez pas encore lu.

Humour

Parents casse-couilles. Sandra Guillot – Duhem et Sabrina Petit

Sorti en format Broché le 23 août 2018 aux Editions L’Opportun. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

– Leur enfant est forcément exceptionnel, il lui faut donc un traitement hors du commun
– L’école peut elle faire du sur mesure pour leur progéniture géniale ?
– Aucune limite dans les demandes exprimées aux institutrices… la preuve !

Quand une institutrice reçoit des parents d’élèves, elle s’attend forcément à tout… mais tout de même ! Sandra et Sabrina ont récolté depuis de nombreuses années les questions loufoques, choquantes, stupides, drôles, provocantes des parents qui assistent aux fameuses réunions durant lesquelles chacun de nous a forcément repéré des parents pénibles, pour ne pas dire plus !

Dans cet ouvrage très drôle, Sandra et Sabrina mettent en avant ces « vedettes » capables de poser des questions incroyables et qui pourtant exigent une réponse immédiate et positive.

Mon avis

J’ai déjà lu 2 livres de cette collection ( vieux casse-couilles et clients casse-couilles) dont vous pouvez retrouver mes avis dans la section humour de ce blog.

Un livre très court, écrit sous forme d’anecdotes qui se lit rapidement. Mon avis sera également très court.

Si j’ai vraiment passée un très bon moment lors de la lecture des deux précédents, je suis plus mitigée sur celui ci. En effet, pour ma part, la plupart des anecdotes ne m’ont pas fait rire. Quand par exemple une maman dit que son enfant est malade parce qu’il est revenu trempé de l’école et qu’il n’a pas été changé et que l’instit lui répond qu’elle l’ a laissé comme ça car elle était seule… ça me donne envie de tout sauf de rire… Et c’est un exemple parmi tant d’autres.

J’ai pourtant travaillée plus de 6 ans avec des enfants âgées de 2,5 ans à 12 ans mais je ne peux pas dire que je me suis retrouvée dans ce livre. Aussi bien dans mon travail avec les enfants qu’en tant que maman d’un garçon de 5 ans.

J’ai plutôt eu l’impression que ce livre était fait pour dénigrer les parents et les faire passer pour des personnes égoïstes.

Bref vous l’aurez compris je n’ai vraiment pas appréciée cette lecture.

Policiers/Thrillers

Synopsix – Angélina Delcroix

Sorti en format Broché le 15 août 2020 aux Editions France Loisirs et le 14 janvier 2021 aux Editions Nouvelles Plumes. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Un manoir se dresse dans la neige, majestueux malgré les dommages du temps qui passe. Mais ses lourdes portes ne dissimulent plus son macabre secret : six cadavres pour six scènes de crime.
Quelques semaines plus tôt, Mallory reçoit une étrange proposition par mail : devenir l’un des six participants à un jeu très confidentiel. Le challenge : se glisser dans la peau d’un enquêteur de la police scientifique pendant un mois, avec à la clé, 100 000 euros de récompense. Pour la jeune femme, c’est l’occasion rêvée d’échapper à son travail de serveuse et surtout à sa patronne qu’elle ne supporte plus. Au fil des énigmes de la phase de qualification, Mallory se prend au jeu. Quand elle se réveille un jour après avoir été droguée devant cet imposant manoir, elle comprend qu’il est trop tard pour reculer : le jeu ne fait que commencer…

Mon avis

J’ai déjà lu les précédents livres d’Angelina et c’est toujours avec impatience que j’attends la sortie de son nouveau. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans Synopsix.

Tout d’abord je dois dire que j’ai vraiment flashé sur la couverture que je trouve sobre et en même temps magnifique.

Lors de cette lecture nous rencontrons Mallory qui a été rejeté par son père et qui depuis vie grâce à son emploi de serveuse. Emploi qu’elle déteste autant que sa patronne.

Quand elle reçoit un mail lui proposant de participer à un jeu elle n’hésite pas longtemps et se retrouve vite à vouloir absolument trouver les solutions aux énigmes afin d’être sélectionnée et d’avoir peut être la chance de gagner 100 000 euros.

Pas un instant elle ne se demande pourquoi l’une des règles est de ne parler de ce jeu à personne.

Mallory va se réveiller un jour devant un énorme manoir. Une fois à l’intérieur pourra t – elle en sortir. D’abord seule, elle se retrouvera ensuite avec les autres participants. Sont-ils seuls dans ce manoir? Quel est leur rôle dans ce « jeu ». Jusqu’ou iront-ils pour gagner ces 100 000 euros?

Je ne vous en dit pas plus afin de ne pas spolier mais sachez que si vous êtes comme moi, dès que vous commencerez cette lecture, vous sursauterez au moindre bruit.

Angelina Delcroix ne déroge pas à son habitude et nous livre encore dans son nouveau livre du suspense à n’en plus finir. Dans cet environnement angoissant, les événements arrivent quand on ne s’y attends pas mais surtout ils n’en finissent plus. Malgré tout, je dois dire que j’ai trouvé quelques longueurs par moment.

Il faut savoir que l’auteur nous livre dans son livre des affaires judiciaires non élucidées qui se sont réellement passée et cela nous imprègne encore plus dans la lecture.

Alors même si Synopsix n’est pas mon livre préféré de cette auteur (car j’ai eu un vrai coup de cœur pour sa trilogie) il est très très bon et si vous aimez les thrillers psychologiques foncez dans votre librairie vous le procurer.

Policiers/Thrillers

Le cercle de Finsbury – B.A. Paris

Sorti en format Broché le 04 mars 2021 aux Editions Hugo Roman. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves…
Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement
sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !
… Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.
Lorsqu’Alice apprend que Nina, qui vivait dans la maison avant qu’ils n’emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d’insécurité qu’elle ressentait jusqu’alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s’épier les uns les autres, ne la rassurent.
Et puis l’on passe bien trop facilement d’une maison à l’autre, à l’intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix.

Mon avis

Je remercie tout d’abord les Editions Hugo Roman pour m’avoir donner l’opportunité de découvrir ce livre via le site Netgalley.

B.A. Paris est une auteur que j’apprécie énormément et que j’ai eu la chance de rencontrer au salon PolarLens en 2019. J’ai bien entendu dévoré ses 4 autres livres et c’est donc avec impatience que j’ai commencé la lecture de son nouveau livre.

Lors de cette lecture nous faisons connaissance d’Alice, qui s’installe avec son compagnon Léo dans une maison trouvée par celui – ci. Une maison dans une résidence très sécurisé.

Alice emménage dans cette maison sans l’avoir visitée, en ayant aucune information sur ce cercle qui est composé de plusieurs maisons et ou tout le monde à l’air de très bien se connaître.

Très vite elle va apprendre que Nina l’ex propriétaire de la maison à sauvagement été assassinée chez elle. Si les autres habitants du cercle lui certifient que c’est le mari de Nina qui l’a tué, Alice doute de plus en plus.

Elle ne sait plus quoi penser… Il se passe des choses étranges dans cette maison mais elle découvre en plus que Léo ne fait que lui mentir.

Elle se méfie également de chacun des habitants de ce cercle qui se connaissent tous mais qui semblent cacher beaucoup de choses.

La narration à la première personne du point de vue d’Alice nous permet de nous mettre dans sa peau, de vivre les choses avec elle, son intégration auprès de ses voisines, sa rencontre avec la personne qui va lui apprendre comment Nina est morte, son ressentie suite aux mensonges de Léo, ses doutes,… L’auteur a vraiment ce don dans chacun de ses livres de nous accrocher totalement au personnage principal.

Comme Alice, j’ai soupçonné plusieurs personnes et j’ai émis des hypothèses jusqu’à ce que j’arrive à ce final que je n’avais pas vu venir mais alors pas une seule seconde je ne m’étais attendue à ce final.

Bémol pour moi sur la couverture à laquelle je n’ai vraiment pas accrochée.

Alors même si j’ai trouvé quelques petites longueurs par moment et que ce ne sera pas mon préféré de B.A. Paris, j’ai vraiment passé un agréable moment malgré tout.

Témoignages/Récits

Cœur à cœur – Bénédicte Marchand

Sorti en format Broché le 9 février 2021 aux Editions Librinova

Résumé

Comme de nombreuses femmes, Bénédicte Marchand attend un heureux événement : l’arrivée d’un premier enfant. Elle a hâte que sa petite fille, Charlotte, les rejoigne ; pouvoir la tenir dans ses bras, la couvrir de baisers…

Mais ce beau rêve vole en éclats : lors de l’échographie du cinquième mois, le médecin devient brutalement silencieux. Quelque chose ne va pas. Le cœur de Charlotte est malformé, elle est atteinte de la tétralogie de Fallot. Si la grossesse arrive à son terme sans problème, il faudra enchaîner les opérations pour assurer sa survie sitôt le bébé né.

Bénédicte devra attendre encore avant de la tenir dans ses bras, car elle ignore si Charlotte guérira.

Mon avis

Je remercie tout d’abord la Maison d’Edition Librinova pour m’avoir permis via le site Netgalley de faire cette lecture.

Je lis rarement sur ce sujet qu’est la maladie chez l’enfant car quand je commence ce genre de livre, j’ai toujours une réelle appréhension, étant maman moi même je me demande à chaque fois si je vais supporter ce que je vais lire, si je vais parvenir à retenir mes larmes. Et bien même si cette réalité dans ce livre est dure, cela est écrit de façon tellement positive que ce qu’y m’a surtout accaparé dans ce livre est cette force et ce courage et nous permet d’en faire la lecture sans se sentir trop mal à l’aise et triste.

Nous retrouvons ici Bénédicte qui va apprendre lors que l’échographie morphologique que sa petite fille qui grandit en elle à un problème au niveau du cœur qui ne se développe pas comme il le devrait.

Bénédicte nous parle de la claque qu’elle se prend à ce moment la, de son accouchement mais surtout de l’après… Les mois à l’hôpital, l’angoisse permanente, le fait de ne pas pouvoir serrer Charlotte contre elle, les opérations…

Cependant, malgré ce que Charlotte et ses parents doivent vivre chaque jour, cette maman et cette petite fille nous offrent une vrai leçon de vie. Ce livre peut-être un réel soutien pour les parents qui doivent aussi passer cette terrible épreuve de voir son enfant se battre pour vivre. Ce livre nous montre à quel point ces parents ont énormément de courage et de positivité et je les en félicite de tout mon coeur.

Policiers/Thrillers

Urbex Sed Lex – Christian Guillerme

Sorti en format poche le 18 juin 2020 chez Taurnada Editions. Egalement disponible pour liseuse.

Résumé

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté. Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné… Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition. JAMAIS !

Mon avis

Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre aussi bien pour son résumé que pour sa couverture qui me plait beaucoup. Finalement je l’ai reçu dans une commande de livres pour la Saint Valentin et je l’ai donc naturellement rapidement commencé.

L’urbex est un sujet que l’ont retrouve très rarement dans les livres et cela est pour moi un point positif de la part de l’auteur.

Nous retrouvons dans cette histoire 2 couples d’amis Théo, Chloé, Fabrice et Carine. Fans d’urbex, ils reçoivent un jour un mail leur proposant une grosse somme d’argent s’ils acceptent le défi de passer une nuit dans un ancien sanatorium. Si Théo et Chloé veulent absolument se lancer dans cette expédition, Fabrice est plus septique, pour lui quelque chose cloche. Ils finiront finalement par répondre positivement à ce mail.

Le résumé du livre vous donne déjà une information importante: ils auraient dû refuser cette proposition, mais ce que vous ne savez pas c’est pourquoi et surtout ce qu’il va se passer dans ce Sanatorium. Et cela je vous le laisse découvrir en lisant ce livre de Christian Guillerme.

Pour ma part, je peux vous dire que j’ai pris beaucoup de plaisir à en faire la lecture. J’ai particulièrement appréciée les descriptions de l’endroit et cela à fait que je me suis sentie comme un membre du groupe, j’avais l’impression d’être sur place avec eux.

Si j’ai lu les 75 premières pages avec intérêt, la suite de ces pages m’a complétement accaparée, à partir du moment ou le groupe se retrouve devant le Sanatorium, je ne voulais plus lâcher le livre car je voulais absolument savoir face à quoi ou à qui allaient se retrouver Théo, Chloé, Fabrice et Carine et surtout je voulais savoir s’ils allaient sortir de cet endroit vivants.

Petit bémol pour ce livre, j’aurais voulu passer plus de temps avec ce livre, je pense qu’il aurait pu être plus long, qu’il aurait pu se passer plus de choses.

Vous l’aurez compris, je vous conseille de lire « Urbex Sed Lex ». Pour ma part, je ne tarderais pas à lire le précédent livre de l’auteur et de surveiller afin d’être au courant de la sortie de son prochain.